Retour liste expositions

A la galerie NADAR

CLAUDINE LAVIT LAHLOU

Poétesse, peintre et sculpteur

                           Par Abderrahman Benhamza (2010)

     

   « Allégorie sur les rapports entre les Humains et la Nature » pourrait être le titre de la nouvelle exposition à la galerie casablancaise Nadar (du 11 novembre au 4 décembre 2010). Poétesse aussi bien qu’artiste peintre et sculpteur, Lavit Lahlou a à son actif plus de quinze expositions individuelles et collectives.

 

            Poétesse, elle manie le vers libre en réglant le texte sur des notes cadentielles qui rappellent le travail de Marie-Claire Bancquart, faisant des clins d’œil à la philosophie moderne de l’existence. L’écriture s’inscrit dans un syncrétisme profondément pensé et gardant en même temps cet aspect d’envolée lyrique qui distinguent les vraies créations.


            Peintre, c’est d’abord une matiériste habitée certes par les mêmes idées fondatrices de son art poétique, le tout pouvant se résumer en un va et vient constant de soi au monde et vice et versa, jalonné de questionnements substantiels sur notre identité ontologique, notre perpétuel commerce avec l’environnement sous ses différentes facettes, nos conflits réels ou imaginaires pour vivre et survivre. Claudine Lavit Lahlou jauge tous nos rapports à l’aune d’une peinture semi-abstraite douée d’un mouvement ardu, torturé, figuré par un graphisme expressionniste fiévreux, à la limite du croquis. La forme récurrente renvoie à l’homme ramené à une silhouette subjective, élémentairement conçue et projetée dans l’espace de la toile comme dans une espèce de chaos. Les références plastiques au végétal, attestent de cette volonté de vraisemblariser l’être humain comme entité organique avec la nature matrice de toutes les manifestations vitales. L’artiste ne force pourtant pas la comparaison tellement son expression émane d’un penchant naturel à s’exprimer par allégories et métaphores, figures désormais incontournables d’une picturalité de constat, unissant en un même crédo et l’affect et l’intellect.

                Le travail sculptural de Claudine Lavit Lahlou ne déroge pas à sa sensibilité principale, qui focalise sur des positions/compositions situationnelles de l’être humain prisonnier de sa condition. Les volumes dégagent une dynamique des formes qu’on retrouve dans les œuvres peintes, avec cet intérêt évident pour le mouvement décliné ici en autant d’attitudes. L’artiste ressort les effets minéraux à travers un coloris ciblé et très retenu. Comme l’explique Claudine Lavit, les trois dimensions de la géométrie sont prises en considération ainsi qu’une manière e stylisation incluse comme procédé visuel, afin de mettre en valeur une force émotionnelle conséquente.

                Formulé doublement, par l’écriture et la peinture, l’art que pratique Lavit Lahlou affiche une cohérence indiscutable, et mérite qu’on s’y intéresse d’avantage.

 

 

Retour liste expositions