Retour page Poésies Accueil

Mal-être

© Tous droits réservés   ISBN 2-914362-03-X

 

  Rien à dire

  Non je n'ai rien à dire, des silences d'enfance
 
silences de méandres, détours de l'âme humaine
  silences de ceux qui savent avant que d'être nés.     
  Non je n'ai rien à dire des jours imparfaits, débridés

  par tous ceux  qui n'aiment qu'à l'envers
  et laisse  le corps grandir, s'étioler dans sa toile
  s'assoiffer d'inconnu, de rêves désuets.
  Mais où est l'âme humaine dans ce fatras de dupes ?
  Fuir pour ne pas détruire cœur et corps emmêlés
  à la recherche d'ombre alors que l'on est arbre,
  fuir la terre desséchée d'enfance inachevée
  fuir vers l'horizon, loin des autres , loin de soi,
  que reste t-il d'autre quand les murs sont trop hauts ?
  Et me voilà perdue moi aussi comme vous,
  adulte sans vouloir accablée de blessures.

 

 

L’envol

Effrayée au chaos quotidien

Je m’envole d’un coup d’aile

frôlements de merveilles

ancrées aux entrailles

et mon œil goguenard

survole les batailles

de ceux qui se démènent

balayant les couleurs irisées

d’une aube qui éclot

rejetant  la douceur du regard

de la brise d’un soir

 

 

Attache

Liberté en attache
Ton regard arpente les chemins
Lassé de tant d'années
Parcourues à l'envers
Au soleil de minuit
Au soleil de non-vie

La clarté d'horizon
Point d'espérance
Barre ta route
Vers ce monde étrange
Inaccessible
Parce que trop bien connu

Les pas retournés
Tu t'enlises
Dans l'ombre de mémoire
D'un passé contenu

 

 

        Mais que dire ?

Mais que dire de ces gens qui pleurent leur misère

que notre esprit oublie au seuil du sommeil

en étouffant leurs plaintes dans le moelleux des couettes

 

Mais que dire de ces gens qui se meurent au soleil

de bombes élaborées de compétences humaines

applaudies par la foule forte de son pouvoir

 

Mais que dire de ces gens qui vengent leur propre mort

par la mort d’innocents impuissants ou incultes

parce qu’ils portent malgré eux leur nom en différence

 

 

 

Croix
 

Deux branches en croix

Clouées

S’épanchent au sol

Rougeoyant

Par nos vies brulées

Impitoyable oubli

Impitoyable poids

Croix

 

 

       

J'ose aujourd'hui
dans le refus de piétiner
mes peines cannibales
qui rongent et me rongent
et fauche ma course
en devenir

J’ose aujourd’hui
dans l’énergie retrouvée
d’une vie espérée
loin des meurtrissures
d’enfance abandonnée
inexistence inavouée

 

 

© Tous droits réservés   ISBN 2-914362-03-X

 

Retour page Poésies Accueil